Born to Love, Cursed to Feel – Samantha King

Note : ★★★☆☆ (3/5)
Extrait : « Progress : So often we are defined by what we’ve done and the mistakes we’ve made. For once I would like to be measured by the steps I took today rather than the footprints of yesterday. »
couv67343473
Titre :
 Born to Love, Cursed to Feel
Auteur : Samantha King
Genre : Poésie, Romance
Langue : Anglaise
Pages : 160
Note : 3/5

En bref : Un recueil de poèmes sur le thème de l’amour. Certains poèmes m’ont touchée, d’autres m’ont plutôt laissée indifférente mais d’une manière globale, je les ai trouvé un peu trop défaitistes et déprimants. Ce n’était pas vraiment ce que je recherchais dans cette lecture…

Résumé :

Born to Love, Cursed to Feel is about love—the good, the bad, and the confusing. It touches on morals and how when emotions are involved it’s not as black and white. The poetry is frequently written in a narrative manner that evocatively pulls you in and makes you feel. This book is about falling in love, bad decisions, and ultimately growth. The essence of it all is to show that no matter how far one falls all the mistakes don’t have to be what defines them.

Avis :

Je lis vraiment des genres complètement différents en ce moment… Je suis tombée par hasard sur la couverture magnifique de ce livre et lorsque j’ai vu que c’était un recueil de poèmes, je me suis dit « Pourquoi pas ? ». Ce n’est clairement pas mon domaine de prédilection et il est fort probable que je n’ai pas apprécié cet ouvrage à sa juste valeur mais ma curiosité m’a convaincue d’aller quand même y jeter un œil.

Chaque poème à un titre (en général un seul nom, adjectif ou verbe). Certains font plus d’une vingtaine de lignes tandis que d’autres n’en font même pas cinq. Tous ont cependant pour thème l’amour et les sentiments, bons ou mauvais, qui vont avec. Il n’y a aucune histoire dans ce livre (logique c’est une suite de poèmes vous allez me dire…) mais j’ai néanmoins cru remarquer une certaine évolution dans le thème des poèmes, un fil conducteur.

Au début, les poèmes parlent surtout d’amours à sens unique et inégaux à travers des textes relatant les sentiments d’une femme pour un homme qui ne la remarque même pas. Et d’une autre qui a une affaire avec un homme déjà en couple et qui sait pertinemment qu’elle n’aura jamais une place plus importante que celle qu’elle a en ce moment. Ou encore d’un couple dont la femme se dévoue bien plus à son homme que l’inverse n’est vrai. Ces poèmes regorgent de regrets, de tristesse, de déceptions et j’en passe. Cette désolation constante durant toute la première partie du livre fût un peu déprimante et il m’a fallu faire des pauses régulièrement pour en venir à bout. J’aime bien lire des livres mélancoliques quand je le suis déjà (ce qui n’arrange pas mon cas mais ça, c’est une autre histoire xD) et ce n’était absolument pas le cas au moment de ma lecture, du coup, j’ai eu quelques difficultés à enchaîner les poèmes.

Par la suite, les thèmes sont un peu plus « joyeux ». Disons plutôt que nous passons de femmes qui se plaignent de la non-réciprocité de leurs amours, à des femmes qui décident d’arrêter les frais et de se reconstruire petit à petit. C’est durant cette partie que j’ai pu trouver mon bonheur. Bon, les poèmes sont encore loin de prodiguer espoir et bonne humeur mais il se dégage tout de même une certaine combativité et une envie d’avancer que j’ai apprécié.

Double-Edge Sword – « I can’t get back the hours, the effort, or that little piece of me that believe in you. You would think I’m the one who suffered here but that’s only ’cause you haven’t figured out what you lost. »

Revelation – « I’ve learned to face my demons. I’m just learning everybody can’t handle them. »

Limbo – « Some people are so stuck on who I was that who I am never even had a chance. »

Malheureusement, bien que ce recueil ne fasse que 160 pages, je l’ai trouvé un peu trop long et les sujets traités répétitifs. De ce fait, même les poèmes contenant un optimiste relatif semble faux et dépourvus de conviction. Comme une personne qui se répète constamment une même chose dans l’espoir que cela devienne réalité. J’ai ressenti plus de peine en lisant ces vers que du réconfort…
La langue française ayant beaucoup plus de nuances et de vocabulaire à mon goût, peut-être que j’aurais eu un avis différent si cela avait été écrit dans la langue de Molière plutôt que dans celle de Shakespeare. Mais la version française n’existant pas pour le moment, je me contente de ce que j’ai sous la main.

En bref, je pense que c’est le genre d’ouvrages qu’il est bon de lire un petit peu de temps en temps. Le lire d’une traite ne fût probablement pas la meilleure idée que j’ai eu pour apprécier ce livre comme il se devait.
J’ai éprouvé de nombreuses émotions durant ma lecture, et c’est l’objectif de n’importe quel livre donc de ce côté-là je le conseille, mais ce n’était pas les émotions que je recherchais au moment où j’ai commencé ce recueil. C’est pourquoi, j’en ressors relativement déçue et je ne le conseille pas spécialement (hormis aux amoureux de poésie qui y trouveront peut-être leur compte).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s