A pas de loup – Isabelle Villain

Note : ★★★★☆ (4.25/5)
Extrait : « Fuir la ville pour venir habiter à La Barberie fut une excellente décision. Pour elle, pour Martin. Pour s’offrir une vie meilleure. Un choix qu’elle n’est pas prêt de regretter. Elle en est désormais convaincue. »

couv595462

Titre : A pas de loup
Auteur : Isabelle Villain
Genre : Policier
Langue : Française
Pages : 256
Note : 4.25/5

En bref : Un policier pour le moins inhabituel. On sort des codes classiques du genre, c’est déstabilisant, mais pas désagréable. Tout paraît banal à première vue mais, au fil des pages, le tableau se noircit, le rythme de l’histoire s’accélère alors pour nous offrir un final renversant. Elle vient nous éclairer sur tout ce que nous avons lu auparavant et tout fini par avoir un sens !

Résumé :

Lorsque Rosalie, Philippe et leur petit Martin, âgé de six mois, décident de s’installer à La Barbarie, un éco-hameau niché en plein cœur des Alpes-de-Haute-Provence, c’est bien pour fuir un quotidien trop pesant. pour tenter une expérience audacieuse. Vivre autrement. En communion avec la terre et en harmonie avec les saisons. Mais l’équilibre de cette nouvelle vie va un jour se fissurer.
Un grain de sable va s’infiltrer, déstabiliser et enrayer cette belle mécanique.
Et ce très beau rêve ça se transformer peu à peu en un véritable cauchemar.
Votre pire cauchemar…

Avis :

Nous suivons dans A pas de loup, plusieurs familles qui, pour des raisons diverses, ont décidé du jour au lendemain d’abandonner tout ce qu’ils avaient construit jusque-là pour rebâtir une vie plus simple, plus proche de la nature, dans un éco-hameau des Alpes-de-Haute-Provence. Parmi ces familles, nous suivons tout particulièrement Rosalie, Philippe et leur fils Martin.

J’ai eu un peu de mal avec la première partie de ce roman. Je l’ai trouvé trop axé sur l’écologie, les biens faits du bio, etc. Je n’ai rien contre mais je ne m’attendais pas, en ouvrant un policier, à ce qu’on me prêche la bonne parole à ces sujets. Cela nous permet de rencontrer les différentes familles qui composent le hameau et de comprendre comment chacun en est venu à vivre ici et à changer complètement de vie mais c’était un peu « too much » par moment. J’avais vraiment l’impression qu’on me présentait la solution parfaite, la vie idéale, tellement sans défaut que ça en devient louche ! Après réflexion, je me dis que c’était probablement voulu par l’auteur. Malgré tout, cette partie était un peu longue. Heureusement que la plume d’Isabelle Villain est agréable à lire et que les mots glissent tout seul sinon j’aurais eu du mal à continuer !

Par la suite, un élément déclencheur va bouleverser la vie de ce hameau. De là, l’auteur ne se contente plus de nous livrer des flashback de chaque famille et la vie quotidienne du hameau, elle nous présente aussi d’autres personnages dont l’importance va varier. C’était assez inhabituel de ne pas suivre l’histoire du point de vue des enquêteurs mais d’être omniscient sur la situation qui nous est décrite. Cet aspect rend l’histoire plus mystérieuse car nous ne pouvons être sûr que les personnages que nous suivons sont blanc comme neige, ça crée du suspense et des rebondissements efficaces. D’un autre côté, ça rend aussi le récit confus. En effet, beaucoup de personnages apparaissent et certains sont juste là pour mourir quelques pages plus loin tandis que d’autres vont devenir essentiels. Ces premiers nous donnent l’impression qu’ils sortent de nul part et qu’ils n’ont aucun lien avec les protagonistes. Il faut donc être patient ou avoir l’œil bien ouvert pour repérer les indices qui sont parsemés dans le bouquin.

Cette deuxième partie est plus sombre et m’a beaucoup plus captivé. Je n’avais plus la sensation d’être dans le monde des bisounours. Les masques tombent, des vérités éclatent, des secrets sont mis à jour, l’action est au rendez-vous et on se demande jusqu’où chacun va aller pour suivre ses convictions. La psychologie des personnages étaient alors très intéressante et j’aurais bien aimé qu’elle soit encore plus poussée. Cependant, le fait qu’on soit omniscient nous en empêche mais il aurait été bizarre de changer la narration maintenant…

Bref, avec « A pas de loup », Isabelle Villain nous propose un policier pour le moins inhabituel. On sort des codes classiques du genre et c’est déstabilisant tout du long. Déstabilisant mais pas désagréable pour autant, car les pièces du puzzle finissent par s’imbriquer les unes aux autres et l’image qui nous est proposée, dans les dernières pages, fait froid dans le dos. Elle vient nous éclairer sur tout ce que nous avons lu auparavant et tout fini par avoir un sens !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s