Le K de Kismet – Rebecca Brocardo

Note : ★★★★☆ (3.5/5)
Extrait : « Une jeune femme apparut derrière le prisme. Va savoir, peut-être recevrait-il la visite d’un extraterrestre comme lui. Il écarquilla les yeux quand elle l’aborda : parfois la vie prend ses aises, surtout quand on n’y croit plus… »

couv75930920

Titre : Le K de Kismet
Auteur : Rebecca Brocardo
Genre : Aventure, Psychologie
Langue : Française
Pages : 190
Note : 3.5/5

En bref : Un roman social et psychologique qui nous emmène à travers de nombreux pays. J’ai beaucoup aimé le jeu de piste que nous a proposé l’auteur et même si j’ai eu un peu de mal avec sa façon d’aborder certains thèmes, je ne peux nier que le fond est très intéressant et nous fait réfléchir sur beaucoup de choses qui nous concernent de près ou de loin.

Résumé :

1985. Deux frères sont kidnappés enfants sur une plage au Brésil. Des années plus tard, le destin de huit personnages bascule…

Tamara, diva montante de l’opéra lyrique, perd sa voix à l’issue de son premier grand succès sur scène. Sur les conseils de sa phoniatre, elle part en voyage initiatique en Asie et invite son amie Lalie à se joindre à l’aventure.
Lalie, ex pigiste révoltée du sort des journalistes au Brésil, y voit une exhortation à faire la lumière sur les affaires de corruption qui ont entraîné la mort de trois de ses confrères. Le lendemain elle disparaît d’une rue de Rio et se réveille dans une fazenda à Bahia.
Son père Carlos croit se prémunir contre la douleur de vivre loin de ses enfants en se consacrant à la production d’un télé-crochet à Abidjan mais la réalité le rattrape…
Paris. Virgile, compositeur génial et incompris du grand public, rêve de succès comme celui d’Alexis, un artiste en tête du catalogue de Carlos qui chasse ses vieux démons grâce à la musique.
Entre les deux, Pauline veut changer le monde et se lance dans une « divine thérapie ».
Mikhaïl, homme d’affaire suffisant mais vieillissant, s’apprête à sortir dans un club de Saint-Pétersbourg lorsqu’il reçoit un message de son fils Alexis après onze années de rupture, le replongeant dans l’histoire mouvementée de sa famille entre révolutions russe et cubaine…
Joan n’a jamais accepté la mort de ses parents. Mais à qui pardonner, sinon Dieu ? Il part chercher des réponses sur les pas des figures bibliques en Israël, là où les mythes sont plus acceptables que la réalité.

Quel est le liant fondamental entre ces personnages, sinon la certitude d’une même nature profonde et d’un destin commun ?

Avis :

Après avoir lu Les carnets de Pauline Thot de Rebecca Brocardo il y a deux ans, l’auteur est revenue vers moi pour la sortie de son deuxième roman. Je la remercie à nouveau de me faire confiance et de me faire sortir de ma zone de confort.

Cette fois-ci, nous ne suivons pas un mais plusieurs personnages à travers le monde. De Paris à Abidjan, de l’Asie à l’Amérique du Sud, nous voyageons aux côtés de protagonistes aussi divers que variés. Je ne les détaillerai pas tous un par un car ça prendrait trop de temps et gâcherait la découverte mais chaque personnage a une personnalité distincte et arrive à un point dans sa vie où il remet tout en question.
Tamara par exemple, le premier personnage que l’on rencontre, est une chanteuse lyrique qui a perdu sa voix et qui est en pleine remise en question de son avenir. Elle décide donc de partir en Asie avec son amie Lalie pour se déconnecter de son quotidien et réfléchir à tête reposée sur ce qu’elle souhaite faire. Nous allons ensuite passer à Lalie dont nous découvrirons une partie de sa vie et ainsi de suite.
Pour ceux qui ont lu le premier roman de l’auteur, vous aurez le plaisir de retrouver Pauline qui a une place plutôt importante dans le livre. C’est d’ailleurs un des points qui ne m’a pas vraiment plu. J’ai aimé revoir Pauline et voir ce qu’elle devenait mais j’aurais préféré que l’auteur ne s’attarde pas autant sur elle qu’elle ne l’a fait. Ayant déjà lu un roman complet sur elle, j’aurais apprécié que l’auteur développe davantage les autres aspects de son livre et que Pauline ne soit juste qu’une parenthèse.

Chaque personnage est donc relié d’une manière ou d’une autre au précédent ou au suivant et il faudra avoir une bonne mémoire des noms et des événements pour faire immédiatement le rapprochement. Ce ne fût pas mon cas (mémoire de poisson rouge bonjour…) et il m’a fallu à chaque fois, plusieurs pages pour me rendre compte des liens qui reliaient les différents protagonistes entre eux. Néanmoins la satisfaction d’avoir trouvé le fil conducteur et de découvrir que tout est lié, était bel et bien là et j’ai aimé suivre ce jeu de piste tout au long du livre. Il y a aussi quelques rebondissements qui viennent ponctuer le récit et dont j’ai été agréablement surprise.

Ce qui m’a dérangé cependant, c’est les réflexions des personnages. L’auteur traite à nouveau, dans ce roman, de nombreux sujets comme la vie, l’avenir, la religion, le pouvoir, etc. et autant la plupart des sujets m’a intéressé autant celui sur la religion et la recherche de Dieu m’a complètement perdu. Ce n’est vraiment pas un thème qui me passionne et malheureusement, il occupe une bonne partie de la fin du bouquin ce qui fait que j’ai du lutter quelque peu pour le terminer.

De plus, je n’ai pas trouvé les échanges entre les personnages très fluides. Quand ils discutaient d’un sujet, j’avais plus l’impression d’avoir en face de moi, deux personnes qui récitent leur cours plutôt qu’une réelle conversation. Je pense que cela est dû à l’absence de changement dans la façon de parler des personnages.
Rebecca Brocardo a une plume vraiment agréable et soutenue et elle a réussi à créer des personnages à la vie très différente mais je n’ai pas trouvé qu’ils avaient une « voix » singulière. Pour moi, ils avaient tous la même intonation et ça a donné un côté robotisé et plutôt inerte aux discussions qu’ils avaient entre eux, comme un professeur qui récite son cours par cœur. Du coup, le fond des sujets développés étaient bons mais j’ai moins adhéré à la forme.

Bref, « Le K de Kismet » est un roman social et psychologique qui vous emmènera à travers de nombreux pays. J’ai beaucoup aimé le jeu de piste que nous a proposé l’auteur et les pièces du puzzle qu’il nous faut assembler à chaque chapitre pour découvrir le schéma global de l’histoire. Les personnages ont tous un petit quelque chose d’attachant et même si j’ai eu un peu de mal avec la façon dont l’auteur a abordé certains thèmes, je ne peux nier que le fond est très intéressant et nous fait réfléchir sur beaucoup de choses qui nous concernent de près ou de loin.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s