Batman : Des ombres dans la nuit – Jeph Loeb & Tim Sale

Note : ★★★★★ (4.5/5)
Extrait : « Quand le sol se dérobe sous nos pieds, on se raccroche à quelque chose de solide. Rien n’est plus solide que la vérité. Quand on sait ça, on est indestructible. »

couv55740887

Titre : Batman : Des ombres dans la nuit
Auteurs : Jeph Loeb & Tim Sale
Genre : Comic, Super-Héro
Langue : Française
Pages : 384
Note : 4.5/5

En bref : Une belle surprise ! Je suis contente que Jeph Loeb ait choisi, cette fois-ci de mettre en avant qu’un seul vilain à la fois. Cela m’a permis d’en apprendre plus sur eux et l’histoire part un peu moins dans tous les sens. Quant à Catwoman, je ne serais pas contre une autre aventure avec elle en personnage principal. Son histoire m’a touché.

Résumé :

Depuis qu’il est devenu le vigilant de Gotham City, le jeune Bruce Wayne a eu l’occasion de croiser de nombreux adversaires, mais depuis quelque temps, les mafieux ont cédé la place à un nouveau genre de criminel. À la suite de la Chauve-souris, ce sont des Épouvantails, Pingouins, Chapeliers déments, Chattes et sinistres Clowns qui, chaque nuit, prennent d’assaut la cité de Gotham. Autant de raisons qui obligeront un Chevalier Noir encore en formation à se forger un code d’honneur sans failles.

Avis :

Dernier comics à lire de la pile que Johann m’a gentiment prêté. Il semble que je n’ai pas encore parcouru toute sa bibliothèque, j’attends désormais avec impatience une nouvelle occasion de piocher dans son stock !

Des ombres dans la nuit peut se diviser en quatre parties qui n’ont pas vraiment d’autres liens que celui d’avoir lieu à chaque fois autour d’Halloween. C’est une fête qui devrait vous être familière si vous avez lu auparavant Un long Halloween ou Amère Victoire. Coïncidence ? Non, pas du tout car bien que les trois premières histoires peuvent se dérouler plus ou moins n’importe quand, la quatrième, centrée sur Catwoman, nous raconte sa visite à Rome qu’elle mentionne brièvement dans Amère Victoire. Il est donc préférable de lire le comics après ce dernier.

J’ai beaucoup aimé les quatre récits. Le premier voit Batman affronter L’Épouvantail. En soit, elle n’a rien de particulier comparée aux autres mais j’ai apprécié que, contrairement à d’habitude avec Jeph Loeb, il n’y ait pas plusieurs vilains en action. Ici, seul L’Épouvantail fait son apparition et nous avons le loisir de le découvrir plus amplement, de connaître son mode de fonctionnement, ce pour quoi il se bat, etc. C’est celle que j’ai le moins aimé des quatre mais j’ai tout de même passé un bon moment !
La deuxième histoire met aussi en scène qu’un seul méchant et c’est au tour du Chapelier Fou d’être mis en avant. Je l’ai trouvé plus intéressante que la précédente parce que Jeph Loeb profite de mettre en lumière Le Chapelier pour nous raconter un pan de la vie de Bruce Wayne avant que ses parents ne soient assassinés. Ce sont des passages rares que je dévore à chaque fois et celle-ci était particulièrement touchante. De plus, nous faisons la connaissance de Barbara, la fille adoptive de Jim Gordon qui sera connue plus tard sous le nom de Batgirl puis Oracle. Son adoption semble récente au vu de sa relation houleuse avec son père. Une histoire, du coup, beaucoup plus riche en informations et plus captivante !
La troisième a pour vilain Le Pingouin. L’auteur suit le même schéma que précédemment mais change encore une fois d’antagoniste. Poison Ivy et le Joker apparaissent aussi brièvement mais via les cauchemars de Batman. Ce ne sont pas véritablement eux alors je ne les compte pas. J’ai trouvé que c’était le récit le plus sombre de ce comics. Le Pingouin est divinement bien dessiné et certaines cases font froid dans le dos. Puis, nous découvrons ce qui a poussé Bruce Wayne à créer la Fondation Wayne et nous en apprenons un peu plus sur la relation qui unie Bruce à Lucius. Deux renseignements qui viennent combler mes nombreuses lacunes sur l’univers de Batman.

Enfin, la dernière histoire, beaucoup plus longue que les précédentes, place Catwoman en centre de l’affaire. Suite à la mort de Carmine Falcone, elle s’envole pour l’Italie pour trouver des réponses sur ses origines. Elle est accompagnée d’Edward Nigma, qui lui a promis de l’aider dans sa quête et de Christopher Castillo, un tueur à gage et son garde du corps pendant le voyage. L’intrigue se passera sur une semaine et Selina Kyle devra affronter bon nombre de démons, réels et imaginaires, pour espérer comprendre d’où elle vient et ce qu’elle ressent.
Je suis ravie d’en apprendre plus sur Selina. C’est un personnage qu’on voit constamment aux côtés de Batman, que ce soit pour l’aider ou lui mettre des bâtons dans les roues et je n’avais, jusqu’à présent, que des brides d’informations à son sujet. Cette dernière partie m’a permis de discerner un peu plus la femme qui se cache sous le masque de Catwoman et je l’ai trouvé très humaine et touchante.

Bref, « Batman : Des ombres dans la nuit » est une belle surprise et me permet de finir la pile de comics qu’on m’a prêté sur une bonne note ! Je suis contente que les auteurs aient choisi, cette fois-ci de mettre en avant qu’un seul vilain à la fois. Cela m’a permis d’en apprendre plus sur eux et l’histoire part un peu moins dans tous les sens. Quant à Catwoman, je ne serais pas contre une autre aventure avec elle en personnage principal. Je suis encore loin de connaître tout de l’univers de Batman mais petit à petit je comble les trous et je ne désespère pas de devenir prochainement incollable sur le sujet (soyons optimiste !).

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s