Le Clan des Otori, tome 0 : Le Fil du destin – Lian Hearn

Note : ★★★★★ (4.5/5) 
Extrait : « Ma propre personne sera mon arme contre lui. Tout ce qu’il n’est pas, je le deviendrai. […] Et si je puis l’amener à m’assassiner, ma mort accomplira ce que ma vie n’a pu achever. »

couv61269474

Titre : Le Clan des Otori, tome 0 : Le Fil du destin
Auteur : Lian Hearn
Genre : Fantasy, Historique
Langue : Français
Tomes : 4 + 1 tomes (terminé)
Note : 4.5/5

En bref : Même si la série se suffit à elle-même, j’ai aimé ce préquel qui nous permet de comprendre d’où vient Shigeru et comment il en est venu à mettre tous ses espoirs en Takeo. L’auteur exploite à merveille l’effet papillon et j’ai adoré découvrir l’origine de ces alliances, ces trahisons et ces complots. Je n’imaginais pas que ça pouvait remonter si loin dans le passé.

Résumé :

Complots, trahisons, vengeances, mais aussi amitiés loyales et amours passionnées…. Shigeru grandit dans l’atmosphère oppressante du château de Hagi, fief du Clan des Otori dont il est l’héritier. Il a l’étoffe d’un chef, un caractère noble et droit, une éducation accomplie qui le portent à régner. Mais il doit faire face aux appétits de conquêtes de son voisin, l’ambitieux Iida, et aux machinations et traîtrises de ses propres oncles. À la sanglante bataille de Yaegahara, son destin semble scellé. Pourtant, préparant dans le secret sa revanche, Shigeru attend son heure.

Avis :

Si vous avez lu les quatre tomes de la saga Le Clan des Otori, je n’ai pas besoin de vous présenter Shigeru Otori. Ce tome lui est consacré et Lian Hearn y narre sa vie de sa plus tendre enfance jusqu’au jour où il croise la route de Takeo près du village de Mino. Je vous conseille d’ailleurs de lire la saga entière avant d’entamer ce tome-ci car bien que ce soit un préquel, quelques événements futurs y sont dévoilés et vous vous ferez spoiler. De plus, pas mal de personnages qui auront une grande importance dans la série principale sont mentionnés et vous risquez de passer à côté de l’influence qu’a eu Shigeru Otori sur leur vie.

J’ai lu pas mal de commentaires disant que ce tome n’apportait pas grand-chose de plus à la série et je ne suis pas tout à fait d’accord avec eux. Il est vrai que les quatre tomes de la saga se suffisent à eux-mêmes et que si nous ne lisons pas ce préquel, nous ne ressentirons pas de vide particulier. Cependant, j’ai trouvé la vie de Shigeru très intéressante. Quand nous faisons sa connaissance dans le tome 1, nous voyons un homme adoré de son peuple mais n’étant pas à leur tête. Shigeru vît humblement dans une maison à Hagi tandis que ses oncles dirigent la région tout en voulant sa mort. Nous apprenons qu’il a perdu son frère dont il était très proche, son père dans la plaine de Yaegahara et qu’il souhaite se venger d’Iida Sadamu pour ces événements néfastes. Mais comment tout cela a t-il commencé ?

Et ben, j’ai adoré que l’auteur développe tous ces points dans ce tome. C’est parfois un peu long et pas toujours palpitant et bourré d’actions mais je me suis laissée embarquer par le rythme et la poésie du moment sans m’ennuyer pour autant. L’enfance de Shigeru nous permet de comprendre le fort attachement qu’il a pour son frère mais aussi les réserves qu’il émet envers ses oncles. Nous discernons un garçon jeune mais déjà vif d’esprit et portant à merveille les valeurs de son clan. Nous le voyons grandir, être formé, succomber à ses désirs, prendre conscience du monde qui l’entoure, ses dangers et devenir petit à petit le symbole que nous connaissons.

J’ai adoré découvrir les raisons qui ont amené Iida Samadu a voué une haine terrible à Shigeru, qu’est-ce qui a déclenché la fameuse bataille sur la plaine de Yaegahara ? Pourquoi la famille Noguchi a trahi les Otori ? Comment Dame Maruyama et Sire Shigeru se sont rencontrés ? Comment la relation entre Shigeru et Kenji s’est tissé ou encore ce qui a poussé Shizuka a donné toutes les informations qu’elle avait sur la Tribu à Shigeru. Ce ne sont pas forcément des questions que l’on se pose sur le coup lorsqu’on lit la saga principale mais à la lecture de ce préquel, j’ai été impressionnée par les divulgations de l’auteur. J’ai eu l’impression de me trouver sur une toile d’araignée où chaque mouvement fait vibrer tous les fils. Ce préquel exploite à fond l’effet papillon et je n’ai pas pu m’empêcher de me dire à plusieurs reprises « C’est donc de là que découle ce savoir, cette alliance, cette amitié, cette trahison,… ». Toutes les décisions de Shigeru dans ce tome ont un impact grandissant par la suite et j’ai adoré prendre connaissance de tout ça !

Enfin, même si la plupart des événements et des personnages nous étaient déjà connus et que nous en avons la version détaillée ici, il y a tout de même des pans de la vie de Shigeru qui m’était totalement inconnue. Je pense notamment à sa vie sentimentale, qui ne fût pas composée que de Dame Maruyama comme je l’ai supposé dans les autres tomes. C’est une partie du passé de Shigeru qui m’a surprise et qui m’a permis de le voir autrement, un peu plus humain et défaillant que ce qu’il laisse paraître.

Bref, « Le Clan des Otori : Le Fil du destin » porte très bien son nom. Même si la série principale se suffit à elle-même, j’ai beaucoup aimé ce complément qui nous permet de comprendre d’où vient Shigeru et comment il en est venu à mettre tous ses espoirs dans Takeo. L’auteur exploite à merveille l’effet papillon et j’ai adoré découvrir la naissance de toutes ces alliances, ces trahisons et ces complots. Je n’imaginais pas que l’origine de la saga pouvait remonter si loin dans le passé.

Découvrir mes chroniques de la saga complète : Tome 1 / Tome 2 / Tome 3 / Tome 4.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s