Skip Beat! #18-26 – Yoshiki Nakamura

Note : ★★★★★ (5/5) Coup de cœur
Extrait : « Quoique je regarde, quoique j’entende, il occupe toutes mes pensées. Mon esprit est prisonnier de lui. Seule, je n’arriverai pas à lui échapper. Ce garçon est partout en moi. »

couv9870478Titre : Skip Beat!
Auteur : Yoshiki Nakamura
Genre : Shojo
Langue : Française
Tomes : 39 tomes (en cours)
Note : 5/5 Coup de cœur

En bref : Après l’arc sur Mio, on entre dans l’arc sur Natsu. Un personnage qui dégage énormément de charisme et qui nous montre encore une fois le potentiel de Kyoko. De plus, on en apprend plus sur la famille de Ren et sur sa relation avec Kyoko et c’est toujours aussi drôle à lire !

Résumé :

Résumé du tome 18 : Kou Hizuri, l’acteur qui a joué le rôle de Katsuki dans la première version de Dark Moon avant d’aller faire carrière à Hollywood, est de retour au Japon pour assurer la promotion de son dernier film. Catapultée assistante de la star par l’exubérant président de LME, Kyôko n’a donc guère le temps de réfléchir à tête reposée à son propre avenir. Il est pourtant urgent qu’elle se penche sur la question si elle ne veut pas perdre de vue son objectif ultime : se venger de Shô ! Ce dernier connaît en effet une ascension encore plus fulgurante depuis quelque temps. Les événements de Karuizawa l’auraient-ils transformé ? Mais laissons là l’ennemi juré, car pour l’heure, Kyôko est au trente-sixième dessous… Jusqu’à ce que Kou, troublé par son désarroi, lui propose une méthode radicale pour élargir la palette des rôles qu’elle peut interpréter.

Avis :

Le tournage de Dark Moon dans lequel Kyoko joue le rôle de Mio est sur le point de se terminer. Il est donc temps pour la jeune actrice de choisir son prochain rôle. Le problème, c’est que tout ceux qu’on lui propose sont des rôles de méchantes qui se rapprochent beaucoup trop du personnage de Mio. Kyoko s’apprête à refuser ces propositions, de peur de rester toute sa vie dans le même type de rôle, mais sa rencontre avec le célèbre acteur Kou Hizuri va la faire changer d’avis.

Dans cet arc, nous retrouvons une Kyoko encore plus époustouflante. Sa rencontre avec Kou Hizuri va l’obliger à revêtir un rôle très différent des autres. Son investissement dans celui-ci va lui permettre de grandir en tant qu’actrice et d’apprécier par la suite, tous les rôles qu’on lui donnera. Dans cette partie, nous en apprenons un peu sur les sentiments qu’elle éprouve envers sa famille et notamment sa mère. Les flashback qu’on a sont relativement les mêmes que précédemment mais à chaque fois, Kyoko s’ouvre un peu plus et cela nous permet d’avoir une idée plus précise de ce qui a pu se passer dans son enfance.
Cet apprentissage auprès de Hizuri se conclue sur le début de la création du personnage de Natsu, le prochain rôle de Kyoko. Elle aura quelques difficultés à entrer dans son rôle mais grâce aux conseils de Hizuri et l’aide de Ren, elle finira par y arriver. Je suis toujours autant fascinée par les transformations de Kyoko. Elle me rappelle ces acteurs caméléons comme Gary Oldman qui changent complètement d’attitude et de physionomie à chacun de leur rôle ! Alors que Mio était sinistre et effrayante, dans la peau de Natsu, j’ai trouvé que Kyoko était tout aussi méchante (voire plus) mais dans un genre totalement différent. Son charisme fait que même si elle est cruelle, elle impose le respect et on a envie de la suivre. J’en ai eu des palpitations !

Du côté de Ren, on en apprend beaucoup plus sur sa famille et sur les raisons qui l’ont poussées à devenir acteur. Ces passages étaient touchants et rend le personnage moins parfait et du coup plus accessible. La fin du tome 26, nous promet d’ailleurs bien plus de révélations de ce côté-là ! *o*)
Quant à sa relation avec Kyoko, elle est toujours aussi divertissante. Même s’il ne le dit jamais clairement, nous savons que Ren éprouve des sentiments pour elle. Ils ont une relation vraiment atypique car bien qu’il met souvent les pieds dans le plat, Kyoko est complètement aveugle face à ses élans d’affection. Elle comprend tout de travers et par exemple, une déclaration plus ou moins subtile va simplement se transformer dans la tête de Kyoko en une attention classique qu’un collègue expérimenté aurait envers une débutante. Elle a, ce que je dirais, un mécanisme d’auto-défense qui brouille tous les signes d’amour qu’elle pourrait recevoir de la gente masculine. Cela donne, lors des événements comme Noël, les anniversaires ou la Saint-Valentin, des situations absolument hilarantes et originales. Je commence sérieusement à avoir de la peine pour Ren et en même temps, je ne peux pas m’empêcher de rire et jubiler, exactement comme Yukihito, son manager qui ne manque pas une occasion de le taquiner xD.

Enfin, en ce qui concerne notre troisième homme, Sho Fuwa. Il n’est pas très présent dans ces tomes-ci. Il ne fait qu’une seule apparition mais on peut dire qu’elle est remarquée celle-là ! Comme à chaque fois, Kyoko va en ressortir toute bouleversée et Ren ne sera pas de trop pour la remettre sur le droit chemin (ou pas…).
Même si Sho refuse de l’avouer, on sait que lui aussi est tombé sous le charme de Kyoko, on a donc notre fameux triangle amoureux mais à la différence des autres shojos, ici, les sentiments des personnages sont exprimés d’une façon plutôt originale. Nous avons Sho qui essaye de conquérir Kyoko en se faisant détester d’elle. Pour lui, peu importe si elle l’aime ou le déteste, du moment qu’elle pense à lui constamment, il s’en contente (pour l’instant). De l’autre, on a Ren qui a de plus en plus de mal à réprimer ses sentiments et sa jalousie mais qui se refuse à être trop franc envers Kyoko, de peur de la faire fuir. Du coup, il se contente de la manipuler en usant de ses pouvoirs de Senpai (le vilain !).
Quant à Kyoko, elle essaye tant bien que mal de maîtriser ses émotions, chose qu’elle semble avoir de plus en plus de mal à faire…

Bref, cette deuxième partie de « Skip Beat! » est toujours aussi passionnante à suivre. Yoshiki Nakamura développe les sentiments de ses personnages et leurs compétences mais reste encore radine sur les révélations du passé de nos héros. Cependant, avec le nouveau rôle qu’endosse Kyoko à la fin du tome 26, il semble que beaucoup de changements vont survenir !

Découvrir mes chroniques de la saga complète : Tomes #1-17 / Tomes #27-39.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s