Terre Noyée, tome 2 : Les Veilleurs – Iléana Métivier

Note : ★★★★☆ (4.25/5)
Extrait : « Il existe un groupe d’humains au sein de Capitalia, des personnes se transmettant les derniers livres que l’Élite n’a jamais réussi à saisir. Une poche de résistants qui lutte contre la propagande et la censure de l’État. »

couv57239401

Titre : Terre noyée, tome 2 : Les Veilleurs
Auteur : Iléana Métivier
Genre : Science-Fiction, Fantastique
Langue : Française
Pages : 357
Note : 4.25/5

En bref : Aussi bon que le premier. On parle toujours d’écologie et du contrôle des masses via l’éducation et ces thèmes se marient étonnement bien avec l’aspect fantastique du roman. Le dénouement quant à lui, nous promet de nouvelles découvertes. J’ai hâte de lire ça ! Voilà une histoire aussi divertissante qu’enrichissante.

Résumé :

Dévoiler les secrets pour vivre.
Grâce à ses amis, Annaëlle a échappé aux griffes de l’Élite. Sa cavale dans Capitalia commence, mais le filet se resserre rapidement autour des fugitifs.
Comment s’échapper lorsque l’on vit sur le dernier îlot d’humanité ?

Avis :

Annaëlle a réussi à quitter l’Ecole et se dirige avec Adrian et Zéa chez Andrew, le libraire qui a permis à la jeune femme de garder un esprit critique sur le monde qui l’entoure. Là-bas, elle apprend qu’une poche de résistants existe au sein de Capitalia et qu’ils s’échangent livres et connaissance entre eux pour lutter contre la censure et la propagande de l’Etat. Annaëlle et ses amis vont tout faire pour entrer en contact avec ce réseau et les utiliser pour dévoiler au monde les secrets du gouvernement.

Un deuxième tome dans la continuité du premier. J’apprécie toujours autant l’univers et le mélange entre le côté science-fiction/dystopie, avec un monde réduit en un îlot et des habitants abrutis par un confort extrême et des connaissances succinctes et l’aspect fantastique avec les fées, les loups-garous et les vampires. C’est un concept original et bien construit qui permet d’avoir une approche différente du racisme et des actions que la peur de l’inconnu peuvent engendrer. Sur ce point, j’ai aimé qu’on ait des « gentils » et des « méchants » dans les deux camps parce que cela montre bien que les origines d’une personne ne la conditionne pas à un mode de vie et de comportements précis. Il est possible de rompre avec son environnement, aussi bon ou mauvais soit-il, et adopter des mœurs à l’opposé de ce qu’on nous a appris.

En plus de parler de discrimination, Iléana Métivier continue à nous parler de la nature, de la société et de notre consommation. Elle le fait avec pédagogie et sans que ce soit intrusif. Au contraire, elle mélange ses réflexions environnementales, sociétales et les actions de nos héros avec beaucoup de fluidité. Ainsi, entre un sauvetage de prisonnier et des actions de résistance, l’auteur lance quelques piques sur notre politique actuelle et quelques précautions à prendre pour ne pas perdre notre liberté de mouvement, d’expression et notre accès au savoir.
Je mets l’accent sur l’aspect philosophique et engagé du roman et ça peut vous sembler barbant dis comme ça mais, ça ne l’est pas du tout ! Je l’ai lu en une journée et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Outre les thèmes développés, l’histoire est dynamique, l’univers riche et il y a un bon ratio entre les phases d’action et de réflexion. On découvre dans ce deuxième tome, un peu plus la ville de Capitalia, son fonctionnement, ses quartiers et ses habitants et même si les obstacles sont par moment facilement surmontés, il n’en reste pas moins plaisant à lire et important pour la suite.

En ce qui concerne les personnages, ils sont toujours aussi attachants et agréables à suivre. J’ai adoré la relation qui unit Adrian et Annaëlle, ça respire le respect. Que ce soit en amour ou en amitié, les personnages ont des relations équilibrées basées sur le partage et l’écoute. Même quand il y a des quiproquos, des jalousies ou autres tensions, ils travaillent dessus et on ne tombe jamais dans l’exagération ou le pathos. Je suis ravie par tout ce qui se construit autour de ses protagonistes et par les nouveaux personnages qui viennent se greffer et ajouter encore plus de couleurs et de variétés à ce groupe déjà bien hétéroclites. J’ai aimé la franchise de Max par exemple ou la bonne humeur de Manu mais surtout j’ai trouvé l’évolution d’Adrian et Matthew très intéressante. L’épreuve qu’ils traversent les rend plus sombres et je suis curieuse de voir ce qui va en découler.

Bref, ce deuxième tome de « Terre Noyée » est aussi bon que le premier. L’histoire est solide, crédible, bien développée et les personnages, même s’ils n’évoluent pas tous à la même vitesse, restent très attachants. On parle toujours d’écologie et du contrôle des masses via l’éducation et ces thèmes se marient étonnement bien avec l’aspect fantastique du roman. La plume de l’auteur est simple mais vivante et rend le tout passionnant à lire. Le dénouement quant à lui, nous promet de nouvelles surprises et découvertes. J’ai hâte de lire ça ! Voilà une saga autant divertissante qu’enrichissante.

Découvrez mes chroniques de la saga complète : Tome 1 / Tome 3

3 réflexions sur “Terre Noyée, tome 2 : Les Veilleurs – Iléana Métivier

  1. Oh là là ! Merci pour cette fabuleuse chronique, qui clôture magnifiquement cette journée de lancement pour « Les Veilleurs » ! Merci, merci, merci ! ❤

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s