The Tawny Man, tome 3 : Fool’s Fate – Robin Hobb

Note : ★★★★★ (5/5) Coup de cœur
Extrait : « Le monde n’appartient pas aux hommes. Ce sont les hommes qui appartiennent au monde. Vous ne possédez pas la terre à laquelle vos corps finissent par retourner, et elle ne garde pas le souvenir des noms que vous lui donnez. »

couv44248719

Titre : The Tawny Man, tome 3 : Fool’s Fate
Auteur : Robin Hobb
Genre : Fantasy
Langue : Anglaise
Pages : 816
Note : 5/5 Coup de cœur

En bref : L’intrigue principale est clôturée avec justesse et émotion. Les personnages ont vécu tellement d’aventures et nous avons été à leurs côtés à chaque fois, que les quitter est extrêmement dur. Robin Hobb a réussi à créer un univers riche et complexe, habité de personnages aussi attachants qu’agaçants et j’ai vécu pleinement chaque mot que j’ai lu !

Résumé :

La narcheska Elliania, des îles d’Outre-mer, a lancé au prince Devoir un défi : il doit lui rapporter la tête du dragon Glasfeu s’il veut l’épouser.
Il lui faut donc se rendre sur l’île d’Aslevjal où se trouve le monstre, prisonnier de la glace. Mais le jeune homme a fort à faire pour convaincre les Outrîliens de le laisser partir. Après de longs pourparlers et des préparatifs à Castelcerf, le prince prend enfin la mer, accompagné de Fitz et d’Umbre. Hélas, à la suite des machinations de ce dernier pour l’empêcher de se joindre à eux, le fou, qui a prédit à Fitz sa mort à Aslevjal, demeure retenu dans les Six-Duchés.

Avis :

Ce tome correspond aux tomes 11 à 13 de la version française qui a été découpé en 13 tomes et est donc le troisième volume de la seconde trilogie.

C’est un gros pavé et il se passe énormément de choses, je serai donc incapable de raconter toutes les émotions par lesquelles je suis passée mais… pfiou ! J’ai tout vécu je crois dans ce tome.
La première partie est plus concentrée sur le côté politique avec la préparation du voyage et les relations entre les Six-Duchés, les Îles d’Outre-mer et Terrilville. Pour simplifier, les Six-Duchés se retrouvent les fesses entre deux chaises et ils vont devoir la jouer fine pour ne pas se mettre à dos un de leur deux voisins. C’est dans ces moments-là que nous voyons Kettricken dans toute sa splendeur et que nous observons avec un petit sourire aux lèvres, Umbre mettre ses pions en place. Machinations, discours adroits et compromis seront au rendez-vous !
La deuxième partie est consacrée au voyage en lui-même. Au lieu de nous faire traverser la mer en quelques lignes, l’auteur a décidé de prendre son temps. C’est un pari risqué car le champ d’action sur un bateau est assez limité et on peut rapidement tourner en rond. Je n’ai pas du tout eu cette sensation et pourtant, quand j’y repense, il ne se passe pas tant de choses que ça durant la traversée. Robin Hobb a une plume qui me captive et même si les jours se ressemblaient plus ou moins sur le bateau, il y avait une certaine tension qui grimpait et qui m’empêchait de lâcher mon livre.
Enfin, la dernière partie est là où a lieu la plupart de l’action et où de nombreuses questions trouveront leurs réponses. Le tout est bien dosé et c’était passionnant de voir toutes les pièces du puzzle s’aligner à la perfection afin de nous proposer un final à couper le souffle ! Je ne lâchais déjà pas mon livre dans la seconde partie mais là, je refusais carrément de dormir pour lire la suite xD.

Parmi les personnages que j’ai adoré dans ce tome, je mentionnerai du côté des femmes, Kettricken et Elliana, deux femmes fortes, qui ont traversé chacune, plus ou moins seules, des épreuves tragiques. Elles ont une bonne répartie, elles ne se laissent pas marcher sur les pied et sont tout à fait capable de se débrouiller seule si nécessaire. Voir Kettricken prendre les rênes des Six-Duchés et remettre Umbre à sa place quand celui-ci commence à prendre un peu trop ses aises, était un pur délice.
Quant à Elliana, la voir tenir tête à Devoir, à des membres de sa famille ou même arborer fièrement les blasons de son clan et ses origines Outriliennes quelque soit l’endroit, était captivant. Deux femmes complètement badass, que j’ai pris grand plaisir à suivre tout au long de ce tome.

Du côté des hommes, c’est comme toujours le Fou et Devoir qui m’ont le plus plu. Le premier parce que c’est le Fou, tout simplement. Son caractère, son humour, sa détermination, sa sensibilité et son amour me font chavirer à chaque fois. Robin Hobb a crée un personnage unique et pas seulement par ses capacités mais surtout par les sentiments qu’il dégage et qu’il nous fait ressentir. Si je devais rencontrer en vrai un seul personnage de la littérature, ce serait lui. Il a tellement à donner et il y a tellement de choses à apprendre de lui. Je pourrais en parler pendant des heures !
Quant à Devoir, j’ai aimé le voir mûrir. Au début du livre, il me faisait penser à un jeune garçon impétueux, souvent emporté par ses émotions et son honneur. Cependant au fil des pages et de son voyage vers le dragon Glasfeu, il commence à s’ouvrir au monde extérieur, à comprendre les réels enjeux qui se trament et à s’imposer en tant que Prince puis en tant que Roi-servant. Tout comme Fitz, j’ai été agréablement surprise par ses soudaines prises de conscience et les responsabilités qu’il endosse volontairement petit à petit. C’était comme regarder un enfant faire ses premiers pas.

Parmi les autres relations, j’ai aussi été touchée par celles qui relient Fitz, Lourd et Ortie. Elles sont adroitement développées jusqu’au bout et très humaines. Lourd est assez énervant dans ce tome et la patience de Fitz sera mise à rude épreuve mais au final, c’est un personnage très innocent et il est difficile de lui faire la tête très longtemps.
Il y a bien d’autres personnages qui valent le détour comme Leste ou Trame mais je ne peux malheureusement pas me permettre de parler de tout le monde, ma chronique serait interminable xD.

Bref, « Fool’s Fate » conclue parfaitement cette trilogie. L’intrigue principale est clôturée avec justesse et émotion (beaucoup d’émotion) et l’auteur fait durer le plaisir en nous contant le devenir de chaque personnage important. Ils ont vécu tellement d’aventures et nous avons été à leurs côtés à chaque moment, que les quitter est extrêmement dur. Je ne sais pas comment Robin Hobb a fait mais elle a réussi à créer un univers riche et complexe, habité de personnages aussi attachants qu’agaçants et j’ai vécu pleinement chaque mot que j’ai lu. Je ne regrette pas du tout le temps que j’ai investi dans cette saga, ça vaut largement le coup !

Découvrir mes chroniques de la saga complète : Tome 1 / Tome 2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s