Sorceleur, tome 5 : Le baptême du feu – Andrzej Sapkowski

Note : ★★★★☆ (3.5/5)
Extrait : « On dirait des enfants ! Au lieu de manger votre beignet de manière réfléchie, vous fourrez vos doigts au beau milieu pour vous enfiler la marmelade, et après vous jetez le reste parce que le beignet n’a plus autant de goût ! »

couv62408653Titre : Sorceleur, tome 5 : Le baptême du feu
Auteur : Andrzej Sapkowski
Genre : Fantasy
Langue : Française
Pages : 384
Note : 3.5/5

En bref : Je n’arrive toujours pas à me faire au style narratif de l’auteur qui a tendance à se concentrer sur des détails et à sauter des passages dynamiques et intéressants… Un tome aussi moins axé politique mais cela nous permet de mieux comprendre les actions de certains personnages et d’en découvrir d’autres. J’aimerais cependant que l’histoire avance.

Résumé :

La jeune Ciri a été enlevée et est contrainte d’épouser l’empereur de Nilfgaard. Geralt de Riv se rue à son secours sans une seconde d’hésitation, malgré ses blessures.
Dans son dangereux périple, il sera accompagné par Jaskier, son fidèle ami barde, et d’autres compagnons de fortune.
Ils ne seront pas de trop, car la guerre sévit de tous côtés, et les magiciennes rescapées tentent de sauvegarder l’avenir de la magie…

Avis :

J’ai dépassé la moitié de la saga et bien que j’aimerais adorer cette histoire, je n’y arrive décidément pas… Mon intérêt diminue au fil des tomes et je rêve d’atteindre rapidement le dénouement de ce récit.

Dans le tome 4, les personnages ne bougeaient pratiquement pas, Geralt et Yennefer étaient sur l’île de Thanedd et ses alentours et dans la deuxième partie du tome, centrée sur Ciri, cette dernière errait dans un désert. Dans ce tome 5, c’est tout le contraire. Une fois remis de ses blessures, Geralt quitte la forêt de Brokilone et avec sa compagnie, ils parcourent le monde en direction de Nilfgaard. Cependant, entre les armées qui continuent à se faire la guerre et certaines régions qu’il vaut mieux éviter, ils passent leur temps à faire des détours (beaucoup trop à mon goût).

Ce qui m’a dérangé dans ces passages, premièrement, c’est le manque d’une carte. Je suis peut-être nulle mais même après 5 tomes, je n’arrive toujours pas à me repérer dans ce monde… J’ai bien compris que Nilfgaard était tout au sud (on nous le répète constamment) et que Cintra est un de leurs voisins, mais pour le reste, ce n’est vraiment pas clair. Du coup, quand je lis que l’armée de Nilfgaard a envahi tel ou tel pays, je ne me rends pas compte du chemin parcouru par les soldats. Quand un pays s’allie à l’Empire ou au contraire, se bat contre lui, je n’arrive pas à savoir si le pays en question est un lieu stratégique ou non. Dans un monde où l’aspect politique, les alliances et les trahisons ont une place très importante, je trouve ça problématique.

Le deuxième point qui m’a agacé, c’est, encore une fois, le rythme. Il y a de l’action dans ce tome, Geralt passe son temps à bouger, à esquiver les armées plus ou moins efficacement mais voilà, bien qu’il y ait un certain dynamisme grâce aux mouvements des troupes et de la compagnie du Sorceleur, l’histoire n’avance pas d’un pouce. On en est toujours au même point : Geralt est à la recherche de Ciri. De plus, beaucoup de scènes d’action sont sautées pour nous être racontées indirectement plus tard. C’est un défaut que j’avais déjà soulevé dans mes précédentes chroniques et que je continue malheureusement à retrouver.

Bien que côté histoire ce soit le calme plat, ce tome nous permet, au niveau des personnages, d’en apprendre un peu plus sur eux et leurs actions. Par exemple, nous savons où et comment se cachait Yennefer depuis le conflit des mages et nous comprenons mieux dans quel but Filippa s’est soulevée contre sa Confrérie. Nous faisons aussi la connaissance de nouveaux personnages qui sont plutôt intéressants. Nous avons Milva, une jeune femme recueillie par les Dryades à Brokilone et Régis, un barbier de Dillingen qui s’y connait beaucoup en médecine. Ces deux là rencontrent la route de Geralt et j’ai aimé ce qui est sorti de ces rencontres, même si certaines de leurs discussions furent, pour moi, bien trop longues par rapport au but recherché.

Du côté des personnages principaux, j’attendais beaucoup de Ciri au vu des événements du tome 4 mais au final, elle est quasiment inexistante dans ce volume… Le peu qu’on la voit, elle ne dégage pas une image très attendrissante non plus et m’est plutôt paru comme une petite fille capricieuse. Je ne l’ai pas vraiment apprécié cette fois-ci.
Geralt était plus agréable à suivre. J’aurais aimé le voir davantage en action et pas avoir l’impression d’être aux côtés d’un vétéran fatigué, mais psychologiquement il évolue et c’était très sympa à observer. Je remarque cependant toujours son manque d’implication. C’est assez bizarre de suivre un personnage qui n’est pas constamment au centre de l’intrigue, je n’ai pas l’habitude.

Bref, « Le baptême du feu » possède les mêmes qualités mais aussi les mêmes défauts que ces prédécesseurs, ce qui fait que même si ce tome fût plus facile à lire que le 4, parce que j’y suivais Geralt et pas des personnages secondaires, mon intérêt pour cette saga continue à diminuer petit à petit. J’en viens à lire les descriptions à rallonge en diagonale afin de garder le meilleur et atteindre la fin de ce périple qui commence à être fastidieuse. Je me répète mais le style de l’auteur qui s’attarde sur des détails et qui zappent toutes les batailles et actions potentiellement intéressantes, n’est pas fait pour moi.

Découvrir mes chroniques de la saga complète : Tome 1 / Tome 2 / Tome 3 / Tome 4Tome 6 / Tome 7 / Spin-Off

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s